Dzouga - Enfachinaires Agrandir l'image

Dzouga - Enfachinaires

AEPEM 16/01

Neuf

Dans ce nouvel opus, nous avons voulu jouer avec l’énergie, la cadence, en laissant certaines mélodies nous ensorceler. Nous les avons ornées des diverses influences musicales avec lesquelles nous cheminons depuis que nous nous sommes engagés dans cette aventure.
Que l’auditeur se laisse envoûter par le plaisir que nous avons eu autant à écrire cet album qu’à l’interpréter « et qu’il estime perdue toute journée où il n’aura pas dansé au moins une fois.

Plus de détails

15,00 € TTC

Fiche technique

Titre Enfachinaires
Format 1 album avec livret 12 pages
Packaging digifile
Durée 48'18
Année de sortie 2016
Label AEPEM

En savoir plus

Musiciens :
Laurence Dupré (violons, voix)
Olivier Wely (violons, alto, voix)

Le répertoire des musiques traditionnelles d’Auvergne et du Limousin et quelques vagabondages périphériques que nous avons choisis pour ce disque est au promeneur ce que le sable est à la plage. De loin, elle donne l’impression d’une surface unie, presque uniforme, mais de près, elle s’avère composée de milliers de grains, tous différents les uns des autres, et constituée d’autant de matières composites.
Dans cette diversité nous nous sommes à nouveau glissés. Et plutôt que de vouloir la narrer telle qu’elle apparaît, nous avons voulu faire corps avec elle. Nous apercevoir qu’au moment de jouer, une voix, des voix, sans nom, nous précédaient et que peut-être, il nous suffisait d’enchaîner à leur suite, sans y prendre garde, comme si elles nous avaient fait un signe en se tenant, en suspens, à nos côtés.
Si, comme le dit Edmund Husserl, la tradition est « l’oubli des origines », la recherche des fragments perdus, oubliés de cette histoire nous a permis de construire un autre récit, de « rénover le passé», et d’en avoir une lecture vivante. En ce sens chaque mélodie et leurs interprètes témoignent à leur manière d’une profonde modernité dans la mesure où se joue ici une rupture. Elle confronte deux mondes, celui des violoneux, les vrais « Modernes », et nous, leurs éternels débiteurs. La matière qui nous a été livrée est riche de complexité, de créativité et de liberté. Elle est profondément inscrite dans un quotidien qui révèle un réel débarrassé des oripeaux de l’imaginaire. « Le réel n’est jamais « ce qu’on pourrait croire » mais il est toujours ce qu’on aurait dû penser ».
Dans ce nouvel opus, nous avons voulu jouer avec l’énergie, la cadence, en laissant certaines mélodies nous ensorceler. Nous les avons ornées des diverses influences musicales avec lesquelles nous cheminons depuis que nous nous sommes engagés dans cette aventure.
Que l’auditeur se laisse envoûter par le plaisir que nous avons eu autant à écrire cet album qu’à l’interpréter « et qu’il estime perdue toute journée où il n’aura pas dansé au moins une fois ».

Avis

Pas encore de commentaire client

Donner son avis

Dzouga - Enfachinaires

Dzouga - Enfachinaires

Dans ce nouvel opus, nous avons voulu jouer avec l’énergie, la cadence, en laissant certaines mélodies nous ensorceler. Nous les avons ornées des diverses influences musicales avec lesquelles nous cheminons depuis que nous nous sommes engagés dans cette aventure.
Que l’auditeur se laisse envoûter par le plaisir que nous avons eu autant à écrire cet album qu’à l’interpréter « et qu’il estime perdue toute journée où il n’aura pas dansé au moins une fois.